• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Les légumineuses à graine en alimentation humaine

L'Homme utilise les graines de légumineuses dans son alimentation depuis l’émergence de l’agriculture. Dans les pays occidentaux, l’évolution des régimes alimentaires du 20ème siècle a été marquée par un remplacement progressif d’une grande part des protéines végétales par celles d’origine animale, tendance de consommation qui se propage aujourd’hui dans les pays en voie de développement économique.

Mais face aux différents enjeux globaux (transitions démographique, nutritionnelle, agroécologique, énergétique,…), le 21ème siècle pourrait être marqué par une nouvelle évolution de nos régimes alimentaires en faveur des protéines végétales et plus particulièrement des légumineuses à graines qui présentent un double intérêt agro-écologique et nutritionnel. Ne nécessitant pas d’engrais azotés et contribuant à la diversification de l’assolement pour réduire les intrants de synthèse, leur culture peut contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre du secteur agricole. Différents atouts nutritionnels de leurs graines, dont leur richesse en protéines et en fibres, en font une source d’alimentation intéressante, que ce soit en consommation directe ou comme ingrédient pour l’industrie agroalimentaire. Des adaptations des procédés de transformation sont nécessaires pour répondre aux défis de cette évolution.

Graines de féverole.. © Inra, BRUNEAU Roland
Mis à jour le 22/09/2017
Publié le 10/10/2014
Mots-clés :

Quels sont les enjeux de leur développement en alimentation humaine ? Quels sont les besoins de connaissances et attentes des acteurs des filières agro-alimentaires pour favoriser leur production, leur commercialisation et leur consommation ?

L'INRA a organisé un séminaire le 8 octobre 2014 qui a réuni des chercheurs de différentes disciplines (nutrition humaine, génie des procédés, physico-chimie, génétique végétale, économie, sociologie,…), des représentants des instances nationales et européennes en charge des questions alimentaires, des instituts techniques de la production agricole et agro-alimentaire et des porteurs de stratégies (organismes producteurs, industriels,…) pour confronter les connaissances actuelles et les attentes en termes de recherche et développement.

Nous vous invitons à découvrir les présentations de cette journée.

Marie-Benoît MAGRINI (INRA AGIR – AGroécologie, Innovations et teRritoires) et Stéphane WALRAND (INRA UNH – Unité Nutrition Humaine)

Luc OZANNE (Sofiprotéol)

Martine CHAMP (INRA PHAN - PHysiologie des Adaptations Nutritionnelles)

Tomas AHRENS (Cabinet Make It Real)

Emmanuel BREHIER (Ici&La, Prix Ecotrophelia 2013)

Julianne CURRAN (Director of Nutrition, Scientific and Regulatory Affairs pour « Pulse Canada »)

Ambroise MARTIN (Groupe scientifique sur les produits diététiques, la nutrition et les allergies – EFSA Autorité Européenne de Sécurité des Aliments)

Marc ANTON (INRA BIA – Biopolymères Interactions Assemblages)

Denis CHEREAU (Plateforme R&D IMPROVE)

 Benoît CARROUEE (UNIP)

Philippe MARQUIS (TERRENA)

Trois ateliers en parallèle ont permis d'approfondir les débats :

Restitution des ateliers et conclusion