Repas familial.. © Inra, MAITRE Christophe

Les pratiques alimentaires et leurs évolutions

étude du comportement alimentaire chez le mini-porc. © Inra, Service Communication Inra Rennes

Quel est l’effet d'une alimentation périnatale riche en gras et en sucre sur les préférences alimentaires des animaux ?

Le projet Sweetlipikid financé dans le cadre du métaprogramme DID’IT étudie les effets de l’exposition nutritionnelle précoce sur l’attirance pour les aliments gras et/ou sucrés. Les travaux sont conduits chez l’homme dans des cohortes pour mieux comprendre les interactions entre le contexte social et psychologique, et l’exposition nutritionnelle précoce sur l’attirance pour les aliments gras et sucrés, mais aussi sur le développement des fonctions cérébrales. Des investigations mécanistiques conduites chez l’animal de laboratoire visent à comprendre l’impact de l’alimentation de la mère pendant la gestation et la lactation, ainsi que de l’alimentation de la descendance jusqu’au sevrage sur le développement des structures cérébrales et des cibles périphériques notamment les récepteurs du goût.

Mis à jour le 22/09/2017
Publié le 21/04/2015
Mots-clés :

Dans le cadre de ce projet, l’unité ADNC (Alimentation, adaptations digestives, nerveuses et comportementales) basée à Rennes étudie les effets de l’alimentation sur les capacités cognitives (apprentissage et mémoire) des mini porcs, un modèle pertinent pour l’étude des comportements alimentaires. David Val-Laillet, directeur de cette unité, décrit le dispositif expérimental qui permet de comparer le comportement d’animaux dont les mères ont reçu une alimentation équilibrée et de ceux dont les mères ont reçu une alimentation riche en gras et en sucre pendant la gestation. Les premiers résultats suggèrent qu’un environnement nutritionnel périnatal riche en gras et en sucre favorise la mise en place de préférences pour ces aliments chez le jeune animal. Il reste à étudier si ces préférences perdurent à l’âge adulte.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :