• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
Le Conseil indien de la recherche agricole (ICAR) et l’Inra, soutenu par le Centre indo-français pour la promotion de la Recherche Avancée (CEFIPRA), ont ouvert le 9 mars leur séminaire (9 - 11 mars 2015) sur la coopération scientifique en collaboration dans le domaine de la recherche agricole au Centre national des sciences agricoles de New Delhi.. © © INRA, INRA

Comptes rendus d'évènements

Symposium 2015 : Quelles pistes pour une alimentation durable

Lors des Journées Francophones de Nutrition en décembre 2015, l’INRA a présenté des programmes de recherche et des actions des pouvoirs publics qui illustrent les préoccupations autour des questions de durabilité des systèmes alimentaires.

Mis à jour le 22/09/2017
Publié le 22/09/2017
Mots-clés :

Depuis 2011, l’INRA a initié un programme de recherche pluridisciplinaire qui a pour objectif d’éclairer les pouvoirs publics et les acteurs économiques sur les déterminants des comportements et pratiques alimentaires, les moyens de les faire évoluer, leurs impacts sur la santé et le bien-être des individus. Ce programme vise aussi à identifier les pistes pour réduire l’impact environnemental des comportements et des pratiques alimentaires et améliorer la sécurité nutritionnelle des populations.

L’INRA propose de découvrir les programmes de recherche et les actions des pouvoirs publics qui illustrent les préoccupations autour des questions de durabilité des systèmes alimentaires. Trois points seront abordés. Le premier concerne les pertes et les gaspillages alimentaires et les moyens de les réduire. Une étude de l’ADEME a ainsi mesuré les coûts financiers complets pour les ménages de leur gaspillage alimentaire ainsi que les progrès réalisés par ces familles, après avoir reçu des préconisations pour réduire leur gaspillage alimentaire. Le second porte sur les circuits courts, des formes d’organisation en développement qui peuvent induire des changements de comportement alimentaire, à travers les innovations organisationnelles, techniques et sociales et les réseaux qu’ils induisent. Le dernier point présente, dans un contexte d’accroissement de la demande mondiale en protéines, les moyens de répondre aux attentes par les procédés combinant des sources céréales-légumineuses, les difficultés techniques contournées et les répercussions sur la qualité nutritionnelle de ces aliments.

Programme

  • Lucile Ayache (ADEME, Marseille)

Pertes et gaspillages alimentaires : quel coût financier ? Comment réduire le gaspillage alimentaire au niveau des ménages ?

 

  • Yuna Chiffoleau (INRA, Montpellier)  

Reterritorialisation des systèmes alimentaires dans une société en mutation : vers un changement des pratiques alimentaires ?

 

  • Valérie Micard (SupAgro, Montpellier)  

Au cœur d’une pâte : l’alliance réussie d’une céréale et d’une légumineuse