• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
Marché de Mur de Barrez en Carladez, Aveyron.. © Inra, WEBER Jean

Eclairer les actions publiques et privées

Impact santé et environnemental de recommandations nutritionnelles

Les régimes alimentaires des pays ne semblent pas durables sur le long terme tant du point de vue environnemental que du point de vue de la santé. Du point de vue environnemental, l’ensemble de la chaine alimentaire est à l’origine d’environ 30% des émissions des gaz à effet de serre. Compte tenu des objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2050 (diviser par 4 les émissions) des changements dans les régimes alimentaires seront certainement nécessaires. Du point de vue de la santé, les régimes alimentaires actuels sont un facteur de risque important pour de nombreuses maladies chroniques incluant l’obésité, le diabète, les accidents cardiaques et les cancers.

Face à cela un certain nombre de recommandations nutritionnelles sont mises en avant par les pouvoirs publics, le plus souvent en poursuivant un objectif d’amélioration de la qualité nutritionnelle des régimes alimentaires. Cependant, l’impact de ces recommandations sur les régimes alimentaires est difficile à évaluer. 

Mis à jour le 22/09/2017
Publié le 22/09/2017
Mots-clés :

L’objet de notre recherche est triple :

  • Evaluer comment l’ensemble d’un régime alimentaire sera affecté par l’adoption par les consommateurs d’une recommandation nutritionnelle (par exemple accroitre sa consommation de fruits et légumes, diminuer sa consommation de viande, …)
  • Evaluer l’impact sur la santé et sur l’environnement de ces modifications des régimes alimentaires
  • Déterminer l’efficacité économique de ces recommandations en procédant à une analyse cout-bénéfice.

Résultats

La méthodologie utilisée repose sur le couplage de plusieurs modèles:

  • Un modèle économique prédit les changements de régimes alimentaires en réponse à une recommandation nutritionnelle.
  • Un modèle épidémiologique, utilisant les résultats du modèle économique, permet de quantifier les impacts des changements alimentaires en termes de nombre de morts évités
  • Un modèle environnemental, base sur les méthodes ACV, permet de calculer les impacts environnementaux des changements alimentaires (variation des émissions de CO2, variations des émissions de SO2)
  • Une analyse cout-bénéfice permet de classer les  diverses recommandations en fonction de leur efficacité économique

Nous avons étudié l’impact de 6 recommandations (accroissement de la consommation de fruits et légumes, diminution de la consommation de sel, d’acides gras saturés, de viande rouge, de viandes en général, et enfin une contrainte sur le bilan global d’émissions de CO2 du régime alimentaire). Il ressort que dans l’ensemble :

  • Il y a synergie entre les objectifs d’amélioration de la qualité nutritionnelle des régimes alimentaires et la réduction de leur empreinte environnementale.
  • La valeur économique des bénéfices de santé sont plus importants que la valeur économique des bénéfices environnementaux.
  • La plupart des recommandations testées ont un bilan bénéfice – coût nettement positif.

En conséquence, la recommandation de politique économique est d’investir plus massivement dans ces actions de recommandations nutritionnelles.